Singlefamily.fr » L'immo » Diagnostic immobilier : que faut-il savoir ?

Diagnostic immobilier : que faut-il savoir ?

L’état Français a mis en place des diagnostics immobiliers qui sont obligatoires lors de la vente ou de la location d’une maison, ces diagnostics doivent se faire par des professionnels qui examinent le logement en question et donne une certification.

Comment bien choisir son diagnostiqueur ?

L’objectif des documents que procure le diagnostiqueur immobilier sont les suivants :

  • Ces diagnostics permettent de protéger la santé des acheteurs et du public comme par exemple dans les cas de construction avec de l’amiante ou du plomb, ils visent aussi à sécuriser les biens en vérifiant les fuites de gaz et les installations électriques, et aussi l’environnement en diagnostiquant les performances énergétiques et les risques lié au logement.
  • Elle permettent aussi une validation des clauses d’exonération pour le vendeur.
  • L’acquéreur a une garantie d’être bien informé.

Alors pour choisir un bon diagnostiqueur immobilier il faut vérifier:

  • Les compétences de ce dernier : il doit ainsi être certifié, et cette certification doit être renouvelée tous les 5 ans.
  • Le diagnostiqueur doit être assuré par une assurance des responsabilités civiles pour son activité.
  • Le diagnostiqueur ne doit pas demander des commissions qui nuisent à son indépendance.

Comment savoir si le diagnostic est correctement établi ?

Il faut savoir que les contrôles obligatoires sont indiqués par des textes qui cadrent ces missions par des normes, des décrets, et des arrêtés.

Ces contrôles peuvent avoir des durées qui varient beaucoup selon les anomalies qui peuvent exister. Le diagnostiqueur ne peut pas faire son travail comme il se doit sauf s’il y passe un peu de temps.

Il faut donc demander au diagnostiqueur combien de temps il va passer pour établir son diagnostic, il faut prendre en compte la taille du logement et l’expérience de ce dernier, cette durée ne doit pas être inférieure à une demi heure, voir une heure.

Il est également à savoir que si ce dernier affiche des prix trop bas, c’est qu’il réduit son temps d’intervention, et ne fait donc pas correctement son travail. Le prix inclue aussi les frais de déplacement, l’assurance, et les responsabilités qu’il prend.

Si le diagnostic est mal réalisé quels sont les risques ?

Le mandataire du diagnostiqueur peut être pris également pour responsable si ce dernier ne fait pas bien son travail, ou si ce dernier n’est pas satisfaisant de par ses certifications, son indépendance, et son assurance.

Ce diagnostic mal réalisé peut entraîner des dédommagements financiers, ou même l’annulation de la vente, surtout en cas de désamiantage ou de malfaçons dans les installations électriques assez importantes.

Cela peut se faire aussi pour la performance énergétique, la sécurité, et la santé publique.

Une action au pénal peut avoir lieu dans les cas où il y a des accidents ou bien des intoxications.

D'autres articles de la famille :